14 articles

COUP DE COEUR Novembre 2013

Par DOMINIQUE GRANIEPublié le 15 nov. 2012 à 19:40 ♦ Mis à jour le 14 mars 2014 à 11:56

 

Du bonheur à l'envers - Pascal Ruter

Du bonheur à l'envers

de Pascal Ruter

Didier jeunesse - 2013

Le Victor du Cœur en braille, vous vous rappelez ? Nous le retrouvons ici avec quelques années en moins, déjà très observateur mais l'esprit encore en pleine formation : l'histoire peut nous montrer des événements décisifs de sa jeune vie, qui le marqueront à jamais. Pour l'instant, sa mère s'énerve, fatiguée par son travail, exaspérée par la lenteur de son mari, inquiète pour sa sœur Etoile, autiste profonde. Le père se lance dans la rénovation de la salle de bains pour plaire à son épouse, ne réussissant qu'à la rendre davantage déçue. Arrive alors oncle Zak, bourlingueur fantaisiste tendance mythomane qui va entraîner son frère (le père) dans son sillage et devenir le meilleur ami d'Etoile. Bien sûr, Victor suit...

Tous ces personnages se connaissaient déjà depuis Le cœur en braille ; Pascal Ruter, sous l'oeil de son narrateur Victor qui agit peu ici, les étoffe, les creuse. Mais voilà, figure centrale portant tout le roman et qui aurait dû me plaire, oncle Zak m'a insupporté de la même façon que la mère peut le ressentir dans le livre. Trop de folie douce, pas assez de lendemain, un modèle incertain sur le moyen terme... Très pragmatique je suis, certainement plus que les lecteurs à partir de 11/12 ans auxquels se destine l'ouvrage.

De fait, je n'ai pas vraiment goûté l'histoire pourtant pleine d'anecdotes de Victor adorables, habile à manier les émotions (beau portrait en équilibre d'Etoile), à introduire l'idée d'un sens de la vie... que je n'ai donc malheureusement pas réussi à épouser. Et puis, l'histoire de la jeune voisine Julie, ayant perdu sa sœur et se reconstruisant dans l'ombre de Victor (elle ne lui parle quasiment jamais), m'a déconcertée : l'auteur tenait là assurément quelque chose, mais ne l'a pas poussé suffisamment loin. Restent les formidables éclairs de lucidité de Victor, ses petits aphorismes merveilleux qui font le sel de sa personnalité. Avec ou sans Zak.

 

Rue Stendhal - Yaël Hassan

Rue Stendhal

De Yaël Hassan

Casterman – novembre 2011

7,75 euros

 

Esteban s’apprête à passer l’été tout seul à Paris. Tout seul ? Non, car la jolie Léa, Idris et les nouveaux voisins vont vite l’accaparer. A Paris ? Oui, mais pas n’importe où : le cimetière du Père-Lachaise, à côté duquel il habite, recèle des mystères insoupçonnés, que le vieux Monsieur Faure va faire découvrir aux enfants. Un jeu de piste parmi les grands auteurs du passé commence.

On se demande où Yaël Hassan trouve à chaque fois la petite idée qui fait mouche, qui sonne juste, et en plus pour un lectorat entre enfance et adolescence. Chapeau. Une fois encore, ça fonctionne : la bande de copains tous plus sympathiques les uns que les autres mais gardant quand même leur personnalité, la petite intrigue et le suspense effrayant/tortillant juste ce qu’il faut, l’adulte bienveillant qui sert de médiateur avec toute notion d’apprentissage ou d’enrichissement… et l’inévitable bibliothécaire, n’est-ce pas. Au début, je me suis dit que si l’histoire se passait à Paris, tous les provinciaux pouvaient se décourager. Mais finalement, le cimetière du Père-Lachaise est suffisamment connu pour s’adresser à tous, d’autant plus qu’il est exploité exclusivement pour son aspect littéraire. Apparaissent dans les lettres énigmatiques de monsieur Faure Oscar Wilde, Paul Eluard, Colette, La Fontaine, Apollinaire, etc. Chacun est présenté à travers son monument funéraire, certes, mais aussi par le biais de son œuvre (extraits). Jamais par celui de sa vie, ce que j’ai un tout petit peu regretté.

La fin en pirouette, qui voit apparaître l’auteur supposé du livre Rue Stendhal au coin de deux tombes, m’a fortement interpellée. Après toute une brochette d’illustres écrivains qui me berçait encore, trouver Yaël Hassan herself me semblait en dire long sur un ego… mais je peux évidemment, et j’espère, me tromper ! Un super petit roman intelligent et chaleureux, accessible dès 10 ans.

TENOR

Blanvillain

 

COUP DE COEUR ! MARS 2014

Par DOMINIQUE GRANIEPublié le 15 nov. 2012 à 19:42 ♦ Mis à jour le 14 mars 2014 à 11:48

L’Amour au subjonctif

Roman - Fiction

Auteur(e) : Pascal Ruter

Romeo aime Juliette depuis la maternelle sans oser le lui avouer. Le voyage scolaire à Rome, loin du collège et des parents, est une opportunité à ne pas manquer ! Pour les élèves comme pour les professeurs, cette échappée belle sera déterminante : Mme Kroc, qui enseigne le latin, tombe dans les bras de Tarzan, le chauffeur de bus amateur de séries télé, Mme Triolet, timide professeur de musique, dévoile ses talents de cantatrice, Slavpa découvre les bienfaits de la douche… Un roman « rock’n’roll » !

Tuer le temps en comptant les Fiat, traquer le Mac Do plutôt que de s’intéresser au Colisée, découvrir que les profs aussi ont un prénom, mâcher des kilomètres de chewing-gum dans le car, être compté et recompté 20 fois en une journée et ne retenir qu’une seule chose : ce n’est pas l’empereur Vespasien qui a inventé les Vespas.
Si, vous aussi, vous avez des souvenirs de voyages scolaires, ces quatre jours en Italie en compagnie de cette classe de 3e survoltée devraient vous arracher quelques larmes… de rire. 

Lire un extrait ICI  http://www.didier-jeunesse.com/livre/lamour-au-subjonctif/ 

L'homme-qui-dessine - Benoît Séverac

Syros jeunesse – 2014

Mounj est un jeune homme-droit (de Neandertal). En tant qu'homme-qui-dessine, et parce que sa tribu se meure, il est parti il y a trois hivers à travers le monde, à la recherche d'une femme-droite bien portante. Dans une forêt, il est capturé par un clan d'hommes-qui-savent (Sapiens sapiens, c'est-à-dire nous). Ils sont inquiets : un mystérieux tueur armé d'une sagaie s'attaque aux leurs. Malgré le doute des hommes-qui-savent à son sujet, Mounj obtient de pouvoir mener l'enquête contre la promesse de sa libération.

Passionné derrière sa sobriété, L'homme-qui-dessine est un superbe roman policier préhistorique. Et puis, le lecteur se prend vite au jeu de ce mystère sanglant : qui peut vouloir tuer ? Mounj, homme censé être inférieur dans l'évolution, fait alors preuve d'une maturité, d'une subtilité remarquables. Mounj se lie d'amitié avec un garçon lui aussi différent.

Le discours indirect libre et l'usage du présent rendent grâce aux ressentis de tous les personnages, et Benoît Séverac a le bon goût de ne pas insister sur des effets de langage balbutiant (le soleil reste « le soleil »), offrant un monde rugueux et jamais stupide. Enfin, La résolution finale n'aura rien à envier à une intrigue contemporaine. Un roman d'une simplicité travaillée, sachant en dire beaucoup sur autrefois (mais alors, vraiment autrefois) pour nous inciter à nous regarder un peu aujourd'hui...

 

 

 

POESIES 6ème

Par admin les-quatre-saisonsPublié le 28 oct. 2011 à 10:19 ♦ Mis à jour le 28 janv. 2013 à 14:37

Poésie 6ème B

 

Noémie Larroque, La rainette de Jules Renard              

Manon Bousquet, Les hiboux de Charles Baudelaire

Morgan Deltort, La Cigale et la Fourmi de Jean de la Fontaine

Maxime Garin, La Fourmi de Robert Desnos
Lorie Chaussée,  Le cygne  de Sully Prudhomme
 Dorian Petit, L'Albatros de Charles Baudelaire
Manon Rigal, J'aime l'âne si doux de Francis James Audrey Lache, Chevaux de Catherine Paysan

 Nathan Molinarie, Le chat de Charles baudelaire

 Adrien Charron, Le chat et l'oiseau de Jacques Prévert
 Mayuran Lohananthan, Les deux scarabées de Maurice Carême
 Sihame Agnaou, Dame souris trotte de Paul Verlaine
 Mariam Ouassim, Le Papillon de Lamartine

 Détrina Méha, Bestiaire Poétique de Guillaume Apollinaire

 Hélène Hervé, Eléphant de Paris de Guillaume Apollinaire  

 

 Pour faire votre travail en poésie, consultez les sites ci-dessous  :

- www.historel.net/poesies/index2.htm

- www.lafontaine.net/lesFables/listeAnimaux.php

- www.poetica.fr/

ELIDONET

Par admin les-quatre-saisonsPublié le 29 août 2012 à 20:14 ♦ Mis à jour le 18 oct. 2012 à 09:28


Pour accéder à ELIDONET clique sur l'image !

 

  

 

POSTER des contes d'Andersen

Par admin les-quatre-saisonsPublié le 28 mai 2012 à 19:35 ♦ Mis à jour le 02 juin 2012 à 15:02

 

 

 

 

 

Page 1 / 3 Page suivante > Dernière page >>

haut de page